Collectif de vigilance Paris 12 pour les droits des étrangers
Membre du réseau éducation sans frontières                 
 

RASSEMBLEMENT Pour le droit de vote et d’égibilité des résidents étrangers aux éléctions locales mercredi 5 mars


Le Collectif de vigilance sur le droit des étrangers-Paris 12e RESF appelle au

Rassemblement
Pour le droit de vote et d’égibilité des résidents étrangers aux éléctions locales

mercredi 5 mars à 18H00

Au métro Ledru Rollin

A l’appel du collectif « Votation citoyenne »

Le 5 mars 1848, un décret de la République française supprimait le suff rage censitaire et instaurait pour la première fois au monde, à l’échelle d’un pays, le suff rage dit « universel » ouvert à tous les hommes, de nationalité française, âgés de plus de 21 ans. Le corps électoral passait subitement de 246 000 électeurs à plus de 9 millions. C’était le premier pas d’une longue marche toujours inachevée, à l’échelle mondiale mais aussi en France, vers un suff rage réellement universel. Le 21 avril 1944 (96 ans plus tard), le droit de vote est étendu aux femmes par une ordonnance du gouvernement provisoire de la République française à Alger. Cette revendication, portée par la lutte des femmes, a été bloquée à plusieurs reprises par le Sénat sous la 3ème République. Une quarantaine de pays ont précédé la France dans la reconnaissance de ce droit (Nouvelle Zélande en 1893). Par la loi du 5 juillet 1974, le droit de vote est étendu aux jeunes de 18 à 21 ans. Le traité de Maastricht, signé le 5 février 1992, instaure la citoyenneté de l’Union européenne. Les citoyens de l’Union européenne qui vivent dans un pays de l’Union dont ils n’ont pas la nationalité peuvent voter et se porter candidat, dans l’Etat de résidence, aux seules élections municipales et européennes. Tous les pays de l’Union ont mis en pratique ce droit pour les élections européennes de 1994. La France a été le dernier pays de l’Union à ouvrir aux citoyens de l’UE vivant sur son territoire la possibilité de participer aux élections municipales en 2001. Bien que la représentation politique ne soit pas satisfaisante, 160 ans après l’instauration du suff rage universel masculin, il serait temps que le droit de vote et d’éligibilité soit ouvert à tous les résidents quelle que soit leur nationalité.

Documents joints


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette