Collectif de vigilance Paris 12 pour les droits des étrangers
Membre du réseau éducation sans frontières                 
 

Pétition en faveur de la famille TAMOEV

Une famille du quartier menacée d’expulsion suite au retrait de son récépissé les autorisant à travailler. Nous demandons l’annulation de l’OQTF et le réexamen de leur situation en France.

Le 20 mai 2008 M. et Mme TAMOEV lors du rendez-vous à la préfecture de police se sont vu retirer leur récépissé de demande de titre de séjour alors même qu’ils étaient en cours de régularisation suite à la circulaire Sarkozy de juin 2006. A la place de ce document de police qui leur permettait de travailler ils se sont vus obligés de signer une OQTF (obligation de quitter le territoire français).

D’origine Kurde de confession musulmane ils ont dû fuir l’Arménie en 1992 suite aux guerres d’indépendance du Haut-Karabagh et aux pressions ethniques dont ils ont été victimes. Réfugiés en Russie, dont l’Arménie était une province, ils y ont travaillé, se sont mariés, ont eu deux enfants, Aziza et Nazilane, mais n’ont jamais pu être reconnus comme ressortissants russes et ont été victimes de violences.

En mars 2001, M. et Mme TAMOEV se réfugient alors en France et font une demande d’Asile. Aziza et Nazilane sont scolarisées à la maternelle puis à l’élémentaire de la rue Charles Baudelaire où elles sont parfaitement intégrées en classe de CE1. Tina naît à Paris en novembre 2005.

Au moment de la circulaire Sarkozy, la famille dépose un dossier de demande de titre de séjour et obtient en novembre 2006 un récépissé renouvelable de 3 mois les autorisant à travailler. Depuis lors M. TAMOEV travaille en CDI à la réfection du métro pour une société de BTP et Mme TAMOEV a commencé un temps partiel dans l’hôtellerie.

Sans passeport car l’Arménie refuse de les reconnaître, rejetés de Russie, demandes rejetées par l’OFPRA, c’est maintenant la préfecture qui leur délivre une OQTF, synonyme d’expulsion, alors même qu’ils étaient en cours de régularisation depuis 2006 ; raison invoquée : « rejet de l’OFPRA »…

Voilà pourquoi, nous, parents d’élèves de l’école Charles BAUDELAIRE et habitants du quartier, demandons l’annulation de l’OQTF des parents d’Aziza, Nazilane et Tina ainsi que le réexamen de leur situation en France.

Documents joints


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette