Collectif de vigilance Paris 12 pour les droits des étrangers
Membre du réseau éducation sans frontières                 
 

Communiqu� suite � la d�l�gation re�ue au Samusocial mercredi 20/12


COMMUNIQUE

Depuis le 23 novembre 2006, une dizaine de familles avec enfants, parrainées par des membres du Collectif de Vigilance du 12eet des élus, sont sommées, par les associations gestionnaires déléguées par le SAMU Social, APTM, OFHOM (Ordre de Malte), CAFDA, de quitter leurs logements du jour au lendemain.Le prétexte invoqué est la sécurité, mais les hôtels qui les hébergent continuent de recevoir des touristes sans que cela ne pose problème.

Devant le refus de certaines familles d’aller vivre dans les hébergements proposés, en lointaine banlieue ou dans des hôtels à état sanitaire déplorable, les associations gestionnaires ont mis fin à la prise en charge de ces familles. Ces dernières ne se retrouvent donc seules sans aucune aide sociale et sans logement.

Une importante délégation du Collectif de Vigilance du 12e, avec deux élus Verts et des représentants des familles, ont occupé le siège du SAMU Social, situé à Paris 12ele mercredi 20 décembre 2006. Reçu par le directeur adjoint du SAMU Social, le Collectif de Vigilance du 12ea rappelé la précarité des familles et a dénoncé l’attitude scandaleuse des associations gestionnaires.

Le Collectif de Vigilance du 12ea exigé la tenue d’une réunion d’urgence avec tous les intervenants et notammentla DDASS Paris,la Préfecture, le SAMU Social, l’OFHOM (Ordre de Malte), APTM, CAFDA, CAS-VP, des élus du 12e, des membres du Collectif de Vigilance du 12eet des représentants des familles, pour trouver une solution respectueuse des droits des familles. Le représentant du SAMU Social s’est engagé à ce que ce problème soit évoqué lors du Conseil d’Administration du SAMU Social qui se tiendra jeudi 21 décembre.

La Préfecturede Paris vient d’annoncer qu’elle refuse catégoriquement toute réunion de concertation.

Devant l’urgence de la situation, le Collectif de Vigilance du 12ereste très mobilisé devant cette volonté manifeste de briser la solidarité qui s’est créée entre les habitants et ces familles du 12e.

Le Collectif de Vigilance du 12e continue d’exiger que les familles soient logées humainement dans le respect des règles d’hygiène et de sécurité, dans un cadre compatible avec la poursuite de leur vie sociale et de la scolarité des enfants dans leur école d’origine. Le Collectif 12 exige que la continuité de la prise en charge financière des familles soit assurée, comme les services de la préfecture s’y étaient engagés.

Restons mobilisés !

Documents joints


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette