Collectif de vigilance Paris 12 pour les droits des étrangers
Membre du réseau éducation sans frontières                 
 

"Les Samedis de Papiers"


Appel à participation de tous
au rassemblement RESF
Chaque samedi à partir du 3 Mai
Place de la Sorbonne de 16H30 à 18H

"Les samedis de papiers"

En présence de personnalités artistiques, littéraires, scientifiques, associatives, syndicales et politiques.

L’initiative se conclura par les Assises régionales du lycéen-ne sans papiers le vendredi 27 juin au Conseil régional d’Ile de France.

JPG - 426.6 ko

Pour la régularisation des lycéens sans papiers : il y a urgence !

Ils grandissent ici, font leurs études ici, et veulent poursuivre leur éducation ici.

Avec eux, leurs camarades de classe, leurs enseignants, les parents d’élèves, nous serons à leurs côtés pour refuser la chaise vide dans la salle de cours, sinistre apprentissage de l’indifférence et de la xénophobie.

Avec eux, leurs camarades de classe, leurs enseignants, nous défendrons la solidarité et leurs droits à l’éducation.

Avec eux et les syndicats lycéens de la FIDL et de l’UNL nous réclamerons leur régularisation.

Avec eux , la FCPE, et tous ceux qui les soutiendront, nous remettrons dans le débat public, la question des dispositions légales pour leur régularisation et la question de l’accueil des jeunes isolés.

Avec eux , RESF et tous les citoyens solidaires, nous dénoncerons l’abandon public fait aux lycéens à la rue, qui vont à l’école le matin la peur au ventre en survivant comme ils peuvent dans une précarité effrayante.

Quel enseignement se dispense face à de telles situations ?

Quelle éducation se propose à l’épreuve d’une telle disparité et injustice au sein d’une classe ?

Cela doit cesser. Les Droits des enfants sont aussi les Droits des enfants étrangers. Il est urgent d’agir. Soyons nombreux, à leurs côtés, personnalités et anonymes, sans relâche, pour le rassemblement des samedis de papiers.


En novembre 2012, Manuel Valls, alors ministre de l’Intérieur, prenait une circulaire dite de régularisation[1] des travailleurs sans papiers, des parents sans papiers ayant des enfants scolarisés et des jeunes majeurs sans papiers scolarisés.
Même si cela reste très difficile, long et douloureux, ce texte ouvre tout de même une perspective aux familles. 9477 parents d’enfants scolarisés régularisés en 2013. Par contre, seuls 2106 travailleurs ont été régularisés, la quasi-totalité d’entre eux se trouvant dans l’impossibilité de produire les documents exigés par les préfectures en dépit de leurs années de présence et de travail.
Pareil pour les lycéens : 327 régularisés seulement. Plus de 90% d’entre eux n’entrent pas dans les critères imposés. De fait, depuis circulaire Valls, il est devenu encore plus difficile que sous Sarkozy d’obtenir la régularisation des élèves. Jusqu’alors, ne disposant d’aucun texte traitant spécifiquement des jeunes scolarisés, les préfets cédaient sous la pression. Il fournit maintenant une base légale à leurs refus de titre de séjour. Ils "appliquent les textes", comme l’exige Valls.
Ni expulsés, ni régularisés, les lycéens sans papiers sont maintenus dans une précarité extrême, empêchés de choisir leur formation, de faire des projets. Dès qu’ils quittent le système scolaire, ils se retrouvent privés de soutien, toujours sans papiers et deviennent des proies faciles pour une expulsion discrète
.

-  Appel du Collectif de vigilance
- Communiqué de presse RESF
- Page facebook "Les samedis de papiers"
- Sur twitter : LesSamedisDePapiers @LesSamedisDePap

Documents joints